Cuisine, Allée Mauchain, Eaubonne

0001_2 copie

Maîtrise d’ouvrage : Privée

Programme : Réaménagement d’une cuisine.

Surface : 10 m²

Mission : Conception et maîtrise d’oeuvre.

Témoignage de notre savoir faire en matière d’aménagement des espaces exigus, cette cuisine fut un véritable challenge au niveau de l’implantation. A l’origine de l’intervention, une cuisine des années 80, peu fonctionnelle, s’étendait sur toute la partie ouest de la maison. Avec la hotte îlot à hauteur de tête et ses aménagements mal pensés, le risque d’accident s’ajoutait au manque de rangements et à l’inconfort général.

La mission s’est donc centrée sur l’optimisation et la fonctionnalité. Pour ce faire, nous avons consacré le temps nécessaire à l’exploration d’un maximum de possibilités d’implantation, afin de déterminer, en accord avec le client, la meilleure disposition possible en fonction de ses habitudes, de son mode de vie, et en fonction également des espaces existants qui devaient être conservés. (salon et passage vers sous-sol)

D__Architecture_Mauchain_plan recherches (1 copie

Ainsi fut-il fait le choix d’une cuisine semi-ouverte, divisée en deux plateaux distincts, et offrant une communication visuelle vers le salon à travers une verrière atelier. Les rangements sont centrés en priorité sur les meubles bas et laissent libre cours au regard, augmentant ainsi la sensation d’espace. Les deux colonnes d’électro-ménager structurent l’ensemble comme des piliers et intègrent des rangements supplémentaires en partie haute. Enfin, l’éclairage général de l’ensemble permet d’assurer une modularité en fonction de l’ambiance souhaitée, depuis le salon ou la cuisine.

D___Architecture__Mauchain__plan electricité _(1_) copie

0026_27 copie

Cette implantation offre de plus l’avantage non négligeable de dégager un espace d’entrée d’environ 4m², qui était inexistant à l’origine. Celui-ci, doté d’une penderie pour les manteaux et d’un petit banc pour les chaussures, offre un véritable sas entre l’intérieur et le jardin.

0016_17 copie

Loin d’être les opérations les moins intéressantes, les chantiers avec de petits espaces sont ceux où l’architecte doit faire preuve de précision et d’une inventivité décuplées.

 

 

 

 

Surélévation d’une meulière, Ermont

integration 5 copie

Maitrise d’ouvrage : Privée

Programme : Surélévation d’une maison de type pavillonnaire vers R + 1 + combles

surface : 207 m²

Mission : Permis de construire (Obtenu). Travaux réalisés par les clients.

En partenariat avec l’agence AAAC (Paris), ce projet de surélévation et d’extension va donner une nouvelle ampleur à ce pavillon typique du Val d’Oise. Actuellement constituée d’un simple rez de chaussée assis sur une cave d’1,90m et surmontée d’un grenier non aménageable, la maison ne permet pas d’héberger une famille avec enfants. L’opération prévoit donc de créer, dans le prolongement de l’emprise existante, un niveau supplémentaire à R+1 et des combles aménagés. Est également prévue, côté jardin, la création d’une véranda, agrandissement du séjour, afin de profiter depuis l’intérieur, du grand jardin exposé sud-ouest

coupes trans copie

D’un volume simple, la maison exposera désormais son pignon sur la rue. Dans un esprit d’affiliation aux codes du patrimoine architectural traditionnel des pavillons du bassin Parisien, nous avons porté notre attention sur les détails de modénatures et de façades propres aux maisons meulières et avons respecté autant que faire se peut le langage de la maison existante. Ainsi, les quatre murs du rez de chaussée restent en l’état (meulière en opus incertum avec joints réhaussés), les linteaux, appuis de fenêtres et encadrements en briques ont été reproduits à l’identique, les gardes corps et les marquises ont été conservés, le toit sera refait avec les pannes sculptées récupérées et les tuiles existantes, et comme dans beaucoup de maisons historiques de la vallée de Montmorency, des médaillons en céramique viennent apporter une touche de couleur vive sur ce pignon.

PCMI export-13

PCMI export-14

Pour les étages supérieurs, il a été fait le choix de ne pas reconduire le parement en pierre meulière, aussi bien dans une optique d’animation des façades que dans un souci écologique et environnemental : En effet, ce pilier incontournable et surexploité de la construction francilienne d’antan est aujourd’hui pratiquement épuisé. Nous lui avons préféré des produits actuels stables et d’une plus grand performance énergétique (béton cellulaire), avec un enduit lissé d’une couleur gris clair tirant légèrement sur le rose, afin de créer l’harmonie entre le soubassement, les briques et le toit.

A l’intérieur, la maison qui ne comptait qu’un séjour et 2 chambres accueillera désormais 4 chambres dont une suite parentale, un grand séjour salon salle-à manger avec véranda, un fitness, un bureau, un atelier de créations manuelles, et une petite salle de cinéma.

Home-staging, rue des Girolles, Jouy-le-Moutier

3d versioncontemporaine site 2

Maîtrise d’ouvrage : privée

Programme : réaménagement d’un rez de chaussée, salon / cuisine

Surface : < 40 m²

Mission : Conception seule (travaux en cours, réalisés par les clients)

Cette petite opération se situe à Jouy-le-Moutier, près de Pontoise, dans un quartier pavillonnaire en bordure d’une forêt. Conscients d’un problème de fonctionnalité de leur rez de chaussée, mais contraints par un budget restreint, ces particuliers ont fait appel à notre savoir faire en matière de réaménagement léger mais précis et efficace.

Nous avons pu d’abord identifier les différents points sur lesquels l’architecture existante ne répond pas au mode de vie de ce couple : l’absence d’une salle à manger dans la pièce principale oblige à prendre les repas dans la cuisine, sur une table étroite qui entrave l’accès aux équipements, et difficilement accessible elle même. Cette table prive également la cuisine d’un long de plan de travail dont le manque se fait cruellement sentir. Dans la pièce principale, outre le manque de convivialité qu’engendre l’usage de matériaux froids et de couleurs inappropriées, l’aménagement pêche par ce phénomène d’accumulation des fonctions, juxtaposées sans véritable réflexion : un  grand salon s’étale sur près de la totalité de la pièce, en tournant le dos à une cheminée qui finalement sert plus ou moins de rangement, et un bureau se trouve contre le limon de l’escalier, bloquant le passage d’une sortie secondaire vers le jardin.

photoshop site existant

photoshop site projet

Notre solution :

Il s’agit donc de résoudre tous ces problèmes tout en appelant à un minimum d’efforts en terme de travaux et de budget. L’autre souhait des clients, à savoir le désir de garder certains meubles de famille, a également été un support pour structurer le projet. Outre un recadrage sur les harmonies des matériaux et des couleurs, une des trois réponses proposées s’articule autour de deux cloisons semi-séparatives, ouvertes en leurs centres, dans lesquelles des « oculus » servent à la fois de passage lumineux et de support fonctionnel. Ainsi, la cloison qui fait face au salon permet à la fois de poser l’écran TV en hauteur, bien visible, et d’aménager un espace intime pour le bureau. Celui-ci libère l’espace sous l’escalier qui peut dès lors être aménagé en un véritable rangement. La cloison qui sépare le salon de la salle à manger, en lumière directe, peut accueillir de la verdure, sert de support à la table extensible (de 4 à 6 personnes), et codifie un véritable espace de repas dans lequel la cheminée retrouve une fonction culinaire. – La création de cet espace permet de libérer la cuisine de sa « fausse » table, et de faire filer le plan de travail, comme il se doit, sur toute la longueur de la pièce.

Cette astuce relativement simple permet donc de résoudre tous les défauts en gardant une estimation chiffrée qui reste dans le cadre du budget fixé par le client, autorisant même quelques extras en terme de mobiliers ou d’accessoires.

version3 perse placard ouvert2

Extension – Rue des Callais, Eaubonne

d___architecture__callais__plan-recover-facade-jardin-_projet_-copie2

Maîtrise d’ouvrage : Privée

Programme : Surélévation d’un appentis, création d’ouvertures et d’un accès sur rue

Surface : 88 m²

Mission : Dépôt de Déclaration Préalable – (Travaux en cours)

Dans le cadre d’un réaménagement de cette maison de ville, la surélévation d’un appentis à l’arrière de la maison a été retenue pour permettre la création d’une chambre supplémentaire. Elle sera dotée d’un balcon exposé est, donnant sur le jardin, et d’une toiture terrasse végétalisée.

Côté Rue, deux ouvertures et une porte seront percées pour apporter de la lumière à un salon qui jusque là ne bénéficiait que d’un accès secondaire par le jardin.

Les modénatures de l’étage seront mises en valeur par le recours à une teinte colorée plus chaleureuse et plus en rapport avec l’esprit de l’environnement urbain de la ville d’Eaubonne.

d___architecture__callais__plan-recover-facade-jardin-_1_-copie2

Rue d’Aboukir, Paris 2ème

Image

Maîtrise d’ouvrage : privée

Programme : deux logements meublés pour location.

Surface : 125 m²

Mission : Conception et maîtrise d’oeuvre

Le changement de destination de cet ancien atelier de confection en deux logements F2 haut de gamme a nécessité une recherche pointue de l’implantation optimale. Les planchers existants ont été consacrés dans leur totalité aux activités quotidiennes (cuisine, espace repas, salon), la vie nocturne ayant été réhaussée en mezzanine, avec création de deux planchers sur IPN.

Image

Il a été fait le choix, pour le plus grand des deux logements (60 m² + 18m² mezzanine ), de condenser les fonctions vitales dans la partie en retrait, moins lumineuse, afin de bénéficier d’un salon / salle à manger baignant dans un maximum de lumière, éclairé par les ouvertures sur leur double hauteur. Le petit logement (27 m² + 18 m² mezzanine) quand à lui est uniformément éclairé et comporte les W.C. et la Salle de bain avec douche à l’italienne sur le plancher d’étage.

La séparation des deux volumes a été travaillée de manière à assurer une parfaite isolation phonique et à permettre l’implantation de rangements supplémentaires de chaque côté.

Cette implantation très spécifique à été le prétexte à une recherche poussée des détails, au niveau des garde-corps des mezzanines (en verre gravé et métal pour l’un et en ferronnerie pour l’autre), au niveau des limons, que nous avons voulu éclairants pour palier à la luminosité moindre dans cette partie du local, au niveau des cloisons, intégrant de fausses meurtrières éclairantes, etc…

Image

Image

Image

Sur le plan technique, le plus grand soin a été apporté aux ouvrages, avec changement à l’identique des fenêtres  (h= 3.60 m) par des neuves double vitrages thermiques + persiennes intérieures, décaissement du sol (d =8 cm) avant pose du parquet afin d’assurer des HSP minimales de 2,00 m aussi bien en plancher qu’en étage, optimisation du plan de calepinage IPN pour réduire au maximum l’épaisseur des planchers de mezzanine, choix de matériaux clairs et pérennes, suivi précis des ouvrages de menuiserie intérieure avec mise en place et intégration des modules d’électroménager.

Le client a également été conseillé et assisté dans ses choix décoratifs, mobiliers et luminaires, dans un esprit loft et moderne, sans renier une certaine tradition parisienne de la brocante et le plaisir de la découverte de perles rares, comme par exemple, cette vieille table d’atelier de confection en bois et métal et ses huit tabourets hauts, objets de circonstance rappelant l’historique du local en particulier et du quartier en général, restaurés par nos soins.

Image

L’IP, Rue Rouget de Lisle, Issy-Les-Moulineaux

Image

Maîtrise d’ouvrage : Privée

Programme : Rénovation d’un restaurant

Surface : 70 m2

Mission : Conception et maîtrise d’oeuvre

Cette opération a pris naissance, comme beaucoup d’autres, avec le rachat d’un fonds de commerce. A nouveau propriétaire, nouvel esprit, et à la brasserie populaire, familiale et orientée « retraités » a succédé le bar-restaurant branché ciblant les cadres du quartier d’affaires val de seine. Il a fallu opérer à un relooking en profondeur de l’espace, tant volumétrique que visuel et sonore.

Image

 

Sur le sol carrelage existant ont été coulés un ragréage fibré et 5 mm d’une couche de résine semi-souple teintée de manière hétérogène, offrant l’assurance d’un sol parfaitement lisse et sans joints avec une texture colorée organique et inattendue. Les plafonds ont été travaillés de manière à offrir un éclairage à la fois surprenant et modulable. (LED bleues, TBT 12V et suspensions sur variateurs). Enfin, les casiers range-bouteilles ont été pensés comme un motif à part entière, offrant un quadrillage dense de menuiserie avec lequel certaines parois furent habillées. 

Image

 

Image

 

A l’extérieur, les vitrines en menuiserie bois ont été remises en état et repeintes, les portes d’accès reculées afin de créer des sas d’évacuation, les toiles de stores changées avec création d’un logo sur mesure, et la banne centrale motorisée.

Image

 

Image

 

Les Trois Carafes, Rue Linné, Paris 5ème

Image

Maitrise d’ouvrage : privée

Programme : rénovation d’un restaurant

Surface : 60 m²

Mission : conception et maîtrise d’oeuvre

Ce programme a bénéficié d’une riche expérience de notre part dans le domaine de l’architecture de restauration. Dans le cadre du rachat de ce petit restaurant gastronomique d’une vingtaine de couverts, proche de Jussieu et du Jardin des Plantes,  les clients ont  souhaité mettre en exergue le raffinement inhérent à la salle, en relation avec le raffinement de leur cuisine.  Une opération de restauration (au sens muséographique du terme) à donc été entreprise, les lambris, le bar et et les boiseries ont été revernis, mis en valeur par des éclairages subtils, les assises de banquettes réhoussées, et les éléments de décoration ayant attrait à la bière et au football ont été remplacés par des étagères de livres anciens (parmi lesquels une collection des bulletins annuels de la société nationale de géographie de 1860 à 1910 que les clients se font une joie de feuilleter).  Notre mise en scène de trois carafes en verre, remplies d’eau colorée et maintenues par leur poids sur un socle qui les éclaire par en dessous est devenu emblématique de l’endroit et a donné son nom au restaurant.

Image

L’intervention a également porté sur la refonte totale des cuisines et des caves, afin de donner un environnement de travail convenable et pérenne au personnel, conformément aux normes d’hygiène et de sécurité. Un local poubelle spécifique et ventilé à été aménagé.  Un nouvel aménagement du bar a également été pensé, avec création d’un plancher technique, pour permettre un rangement optimal et une ergonomie simplifiée. L’accès au sous-sol a été reconsidéré, et les évacuations des graisses et des fumées totalement remises à neuf.  Les insectes nuisibles, très présents dans le quartier du Jardin des Plantes, ont été neutralisés.

Image

Les modifications de façades (pose d’une boite aux lettres, revernissage des huisseries bois de la grande baie pliante et la pose d’un nouveau store) ont bien sûr fait l’objet des autorisations administratives adéquates (DP), ainsi que la demande d’occupation du domaine public. – Des paravents sur mesure avec verres gravés au nom du restaurant protègent la petite terrasse (8 couverts supplémentaires en été) des vents latéraux.

Hors des heures d’ouverture, le restaurant est caché aux regards par un rideau de velours épais tombant du plafond :  nous sommes ici dans un lieu du Paris mystérieux où le temps ne s’écoule pas comme ailleurs…

 

Image

 

Image